CIMENTOPLASTIE ET VERTEBROPLASTIE
Centres associés

Une cimentoplastie consiste à injecter sous contrôle radioscopique (ou contrôle scanner) un ciment biocompatible au sein d’un os (cimentoplastie) ou d’une vertèbre (vertébroplastie) pour les consolider.

C’est un traitement efficace de la douleur fracturaire. Il peut être utilisé dans le cadre de fracture sur lésion tumorale, pour des angiomes agressifs, mais aussi dans le cadre des fractures bénignes ostéoporotiques.

DEROULEMENT DE L’EXAMEN

Le geste sera effectué par radioguidage (télévision ou scanner). Cette technique permet de choisir le bon point d’entrée de l’aiguille et de suivre son trajet.

Une brève hospitalisation est nécessaire pour pratiquer cette intervention (généralement 2 nuits)

Votre coopération est essentielle : elle contribuera à la rapidité du geste de ponction et diminuera les risques de douleur et de complications. Vous devez rester immobile pendant l'ensemble de la procédure et conserver la position dans laquelle on vous placera (à plat ventre, en général).

La cimentoplastie/vertébroplastie comprend trois étapes principales :

1) Le repérage de la structure osseuse à traiter (vertèbre ou autre) sous contrôle radioscopique ou scanner
2) La désinfection de la peau et une anesthésie locale profonde est réalisée. Dans de très rares cas, cette intervention peut s’effectuer sous anesthésie générale
3) L’introduction de l’aiguille et le remplissage de la structure osseuse (vertèbre ou autre) par le ciment (Une biopsie osseuse est souvent réalisée en même temps).

Il peut arriver que l'aiguille fasse mal. Dans ce cas, on la déplace ou on complète l'anesthésie locale. Plusieurs types d’aiguilles peuvent être utilisés selon la nature et la profondeur du site à traiter, mais il s’agira toujours d’aiguilles à usage unique pour éviter d’éventuelles transmissions d’infections. L’aiguille est mise en place très précisément grâce à la télévision et l’injection de ciment est suivie en continu.

Quelques images radiologiques seront prises pendant l’intervention.

CONTRE-INDICATIONS

-

DUREE

-

PREPARATION

-

EFFETS SECONDAIRES

Comme pour toute ponction osseuse, il existe un très faible risque d'infection ou d’hématome. Toutes les précautions sont prises pour éviter ces complications.

Les effets secondaires sévères sont très faibles.

L’effet secondaire le plus fréquent est la fuite asymptomatique de ciment pendant le geste. Cette complication peut être contrôlée et maîtrisée par l’utilisation de ciments de plus en plus visqueux.

D’autres effets secondaires, encore plus rares, sont l’atteinte radiculaire ou médullaire liée à la fuite de ciment (2 à 3%), l’allergie au ciment (< 1%), les infections (< 1%), et les embolies pulmonaires de ciment (< 1%). En cas de cimentoplastie proche d’une articulation (hanche, genou etc…), du ciment peut fuir dans l’articulation. En cas de fuite massive il peut être nécessaire de recourir à une injection de produit anesthésique ou à une intervention chirurgicale pour éviter une compression nerveuse ou en cas de fuite intra-articulaire. Enfin, il semble exister un risque de fracturer les vertèbres proches de la vertèbre traitée.

INJECTION DE PRODUITS

-

LE SUIVI

Votre radiologue vous reverra très certainement en consultation 1 à 2 mois après l’intervention,

afin d’évaluer le bénéfice de l’intervention, et de décider avec vous de la conduite à tenir en fonction de l’amélioration. Il vérifiera l’absence de nouveaux tassements.

LES RÉSULTATS

Dans la grande majorité des cas, les douleurs liées à une fracture vertébrale s’estompent dans les jours qui suivent le traitement. Des douleurs au site de ponction peuvent survenir parfois et nécessiter la prise d’antalgiques légers.

Après la procédure, vous serez surveillé attentivement par le personnel soignant.

On vous indiquera si vous devez rester allongé et pendant combien de temps. La durée pendant laquelle vous devrez rester en radiologie ou dans l'établissement dépend du type de procédure.